A l’infini,

tu n’existais pas,

tu disais.

Que tu n’avais que des fragments d’une vie élémentaire, perdus au fur et à mesure.

Que tu vivais, oui, mais non, tu n’existais pas. Que tu t’efforçais parfois à trouver une trace de toi qui te ferait être enfin quelqu’un, ailleurs que dans une vie imaginée.

Que tu étais perdue toujours et pour toujours.

Tu répétais sans cesse la phrase d’un autre : Pourquoi existe-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Mais alors pourquoi ?

A l’infini, au coin des rues, aux passants, aux avenues tranchantes, aux oiseaux du parc, à l’infini tu le disais.

Je ne suis rien. Un souvenir brûlé, une trace qui s’efface, et pourtant.

Advertisements
Cet article a été publié dans uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s