OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le vent frais du matin avant le réveil

glisse sur le lit des souvenirs de peau d’éclats de verre dans les pensées de ce que jamais personne ne pourra m’ôter.

A cœur ouvert

Les yeux fermés

Quand la vague se retire,

là.

Un moment juste/ce juste-moment où tout s’apaise,

dont on ne sait s’il est sage, raisonnable

ou seulement

dans une calme perspective

ou seulement

à cœur ouvert le frais du vent me happe dans sa vague et chaque pore revient à cet exact moment du sommet de la vague où il faisait le même frais, le même soleil.

Etrange ouverture d’un cœur dans l’écume des jours, là

ouvrir les yeux dans ce calme d’un vent qui vague qui se retire

ouvrir son corps dans l’écume des jours, là.

Se retrouver malgré soi à l’exact-moment-d’avant, là

sans même avoir mal  seulement sentir que l’autre ne respire pas derrière, qu’il s’en est allé avec la vague,

ce que jamais personne ne pourra m’ôter.

Sentir l’odeur de son propre corps où s’attache une alliance à la vague, l’écume d’un amour, le soleil dans la chambre, la fatigue des draps, là.

Etre bien avec les hirondelles à se dire, que c’est bon d’être là.

 D’avoir vécu la vague          

l’écume                                 

les jours, là.

Un juste-moment

ce que personne jamais ne pourra m’ôter.

Les yeux fermés, être à sa vie,

dans cette permanence dont l’existence se rappelle d’un coup,

au creux du lit,

un matin sans vague

– on  aurait parié l’empire des sens que l’autre était, là –

Les yeux qui s’ouvrent d’un coup, là.

 Etait-ce l’autre qui se retournait dans son sommeil ?

Eveil à cœur ouvert, le vent frais, la couette que l’on remonte et cette pensée : ai-je parlé dans mon sommeil ? ai-je fait l’amour ? Combien de fois ? Est-il parti  pendant que je rêvais, m’a-t-il regardée, s’est-il souvenu de nos baisers ?

Se lever

Prendre son temps/son thé

Ouvrir la voile du rideau noir

Le ciel est bleu, là

Caresser son bras

Sentir ce que lui sent quand il me caresse en sachant que jamais je ne saurais ce qu’il a vraiment de moi au bout des doigts.

Open heart/ cœur ouvert

Un huit dans le ciel prêté aux hirondelles

L’infini

la matière, 

là.

 Certitude, d’un coup, que tous les jours, on se doit de construire des châteaux de sable à donner à la vague, ne pas avoir peur d’aimer que la vague nous les prennent, saisir que notre place est là, à la joie du château de sable que l’on crée, comprendre qu’il en faut tous les jours pour construire son être, que chaque baiser donné ne sera pas repris, que chaque regard offert s’inscrira dans le temps, que chaque juste-moment est dans le sable du château

Que n’avons-nous  pas fait que la vie ne  nous donnera plus ?

Se recoucher

Tirer la couette

sur ce que l’on ne pourra jamais nous ôter.

Cet article a été publié dans uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s