êtres illégaux, disent-ils

Nous étions des êtres humains.

A savoir encore vivants.

 

Si fragile le fil ténu d’une existence, que déjà la peur d’être englouti bat la mesure d’une attentive lecture, à l’affût du moindre mot qui rendrait l’existence inqualifiable, abolie derrière la confusion du monde. Quand on aura plié nos vies au contresens des langues, il n’y aura plus de carrefours entre nous.

Quidequoi malgré tout ? Malgré soi de vous à moi pourquoi ?

Illicite illégal illicite illégal

Illicite illégal illicite illégal illicite illég de nuit comme de jour dans nos cabanes en bois,sur nos plages désertes, au gré de nos pensées abruptes, sous le manteau de nos   rires, être illégal ,  éjectés d’une vie classée, triée, ordonnée,  nous serions encore des êtres humains.

Nous serions des êtres illégaux, avec ceux qui chavirent en pleine mer, nous serions des êtres illégaux avec ceux qui s’échouent sur nos mers, nous serions des êtres illégaux à défaire les mots qu’une posture impose à ceux qui attendent d’être, une seule fois accueillis dans la communauté des hommes. Nous serions.

Vois-tu les  dents des langues manger l’homme et le monde, et plus loin encore une trace restera, tu crois, de nous tous encore à chuchoter que nous étions toujours des êtres humains quand le travail de la langue sera passé sur nous, quand la langue aura glissé comme une langue de terre ?


Publicités
Publié dans uncategorized | 1 commentaire

Derrière les vitrines, encore

Battre la ville comme on bat la campagne, la faire et la défaire, la prendre comme brouillon, la salir  et l’user de nos marches.
L’habiter de nos corps à corps et âmes, de nos regards interdits, de nos allées venues à contre sens. Reprendre le fil rouge tressé de nos pensées, intriquant nos désirs et nos pas.
La renvoyer pour faute de goût, d’espace, de lieu, de temps,
l’assigner à résidence pour un sourire, une parole, un possible,
l’habiter in petto, ex abrupto, sans ménagement.
Lui  rappeler sans cesse qu’elle n’est rien que nous n’ayons construit.

Publié dans uncategorized | 2 commentaires

disparition, s’inscrire encore

Nous étions prêts à embarquer

les poches pleines de nos vingt ans.
Et advienne que pourra.
Tout au bout du rouleau nous avons continué le chemin parmi nos morts ,
semant le blé de nos fureurs éblouies,
creusant, inconscients,  le sillon d’une incertaine absence.
D’un absolu démonté au détour d’une errance,
une parole donnée pour ajourner la fuite.
Tous à persister qu’avancer c’était vivre,
A jp, ce jour.

Publié dans uncategorized | 1 commentaire

Juste une trace

Nulle part de toi perdue
sur les chemins.
Juste une trace,
une présence passée outre.
Revenir sur les pas perdus y retrouver
l’allure de nos pensées sans suite.
Ne vois-tu pas comme à gauche la route  ?

Publié dans uncategorized | 1 commentaire

Peut-être jeter un oeil pour ne plus être vu

Peut-être croire encore que ton nom suffit à.
Peut-être se perdre encore une fois dans les ruelles étroites.
Peut-être espérer te voir sourire  doucement et.
Peut-être marcher pour oublier  la ville.
Small tag, un oeil de camarade imaginaire.
Small tag, un oeil contre la camarde qui guette.
Peut-être croire encore que ta voix suffit à.
Peut-être  remettre au lendemain la course à l’épicerie.
Peut-être désirer te regarder marcher dans les décombres.

Publié dans uncategorized | Laisser un commentaire